Le mythe de l'"american way of life" dans la peinture de Hopper

-

Un réalisme singulier, mêlé d'étrangeté, de surréalité, pour mettre en scène la « middle class » aux Etats-Unis et le mythe de l'« american way of life ».
 
Portrait d'une Amérique où le temps semble s'être arrêté. Des paysages de solitude, parsemés d'énigmatiques bâtisses néo-victoriennes désertées, de banales scènes urbaines, des personnages hiératiques, figés, souvent solitaires et angoissés, des jeunes femmes dans le huis clos de leur appartement, perdues dans leur rêve ou leur méditation, des autoportraits, des « road stories », l'univers du théâtre enfin comme figure- clé...Des compositions souvent sous un soleil  ardent, une lumière crue si symbolique.
Gravures, eaux fortes, aquarelles et toiles surtout, des années 20 aux années 60, sont bien d'une inspiration classique, faisant fi des avant-gardes d'alors, nourrie de Vélasquez, de Rembrandt, de Courbet, de Degas, de Vallotton.  Pouvoir de fascination de son art dont les cinéastes, tels Hitchcock ou Lynch, Wenders ou Polanski, se souviendront ainsi que certains peintres ou auteurs de B D.

avec Jean-Louis RAVISTRE, agrégé de lettres

Lieu: Le Collège Supérieur - 17 rue Mazagran - 69007 Lyon

Retour